Mieux comprendre notre société : un dispositif de recherche de pointe mondial

L’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) sera bientôt équipée d’une installation de pointe capable de rassembler des données historiques de la population du Québec, remontant jusqu’au début du XVIIe siècle.

Cette infrastructure de recherche, qui a récemment été financée par le Concours 2012 des Fonds de l’avant-garde et des initiatives nouvelles de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI), fournira aux chercheurs des données importantes. Soulignons que cette infrastructure vient bonifier le Projet BALSAC, un autre projet d’infrastructure financé par la FCI. L’infrastructure à l’UQAC bénéficiera aussi des retombées de deux autres subventions octroyées par la FCI aux membres de l’équipe du Programme de recherche en démographie historique à l’Université de Montréal et au Centre universitaire d’études québécoises à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

L’Infrastructure intégrée des microdonnées historiques de la population du Québec (IMPQ) combinera toutes les microdonnées sériées sur la population québécoise depuis les débuts du peuplement européen, ce qui la positionnera parmi les dispositifs de recherche de pointe dans le monde.

Selon Hélène Vézina, directrice et responsable du Projet BALSAC, et professeure à l’UQAC : « Il s’agit à la fois de préserver, de mettre en valeur et de développer un patrimoine scientifique et historique unique. Les avancées potentielles de cette infrastructure ont une portée plus large que la population québécoise et concernent l’ensemble des Canadiens, notamment en matière de retombées en santé en plus d’assurer la présence canadienne dans la recherche de pointe mondiale. »

Ce vaste ensemble de données biographique permettra de mener des études, hier encore inimaginables, sur la base des trajectoires individuelles dans des familles, des ménages et des collectivités, et ce, dans une perspective multigénérationnelle.

Leave a Reply